tamiseuse premier prototype

Une machine inédite pour tamiser les sédiments

Au sein de Méganéo, nous avons la chance d’avoir des membres engagés et créatifs. Les fouilles archéologiques nécessitent de nombreuses opérations manuelles. Pour aider les fouilleurs dans leur quotidien, et leur permettre de gagner un temps précieux, Nils Wisser a conçu et réalisé une tamiseuse mécanique.

Bio express du concepteur

Nils Wisser, 25 ans, auto-entrepreneur, est membre de Méganéo depuis la création. Il est bénévole sur les chantiers de Vincent Ard depuis 2010.

Premier prototype de tamiseuse sur le site de Fouqueure (16)

Une tamiseuse réalisée en 30 heures chrono

Petit rappel pour les néophytes, pourquoi tamise-t-on sur les chantiers de fouilles archéologiques ? Il est parfois nécessaire, en plus de la fouille réalisée à la truelle, de tamiser les sédiments pour ne rien laisser passer, et notamment les éléments les plus petits : céramique, silex, os… Cette opération nécessite beaucoup de temps et d’énergie, d’où l’idée de créer une machine qui tamise de façon mécanique différents sédiments directement sur le lieu de fouilles. Nils nous précise son fonctionnement : « Cette machine en métal a pour objectif de permettre à un seul fouilleur de tamiser directement sur le lieu de fouille de grandes quantités de sédiments de différentes textures grâce à un jeu complet de tamis s’adaptant au support. Elle fonctionne grâce à un moteur branché sur une batterie. Le moteur est relié à un axe qui secoue le tamis par petits chocs grâce à un système de roue crantée. Elle est légère et facilement déplaçable, car elle possède des roues et des poignées. Sa capacité de tamisage est, suivant le sédiment, l’humidité et le grain de celui-ci, d’environ 0,5 m2/ heure. »

Entièrement réalisée par Nils, elle a nécessité 30 heures de construction.

tamiseuse pour tamiser les sediments
Second modèle de la tamiseuse construite par Nils sur le site de Chantebrault (86)

Pourquoi une telle machine ?

L’idée est venue de Nils qui a conçu et imaginé un prototype. Après une première réalisation, il a construit un second modèle beaucoup plus léger et performant. « Cette machine avait pour objectif d’optimiser la présence des fouilleurs dans les carrés de fouilles en les libérant du tamisage des seaux de sédiments. Un seul fouilleur est nécessaire pour le fonctionnement de la machine » conclut-il.